9 mai 2012

Carrières - Mutations - Catégories

Déclaration préalable GT vœux et barèmes

Les élections présidentielles ont vu la défaite des tenants d’une idéologie qui a durant 10 ans cassé méthodiquement et systématiquement le service public d’éducation. Aujourd’hui l’exigence de rupture avec cette politique est pressante et doit déboucher au plus vite sur la concrétisation des espoirs qu’elle suscite parmi tous les acteurs du monde éducatif.

Les personnels de l’éducation nationale attendent des mesures immédiates qui rendront possible une rentrée scolaire apaisée.
Le SNES-FSU a lancé un appel à un plan d’urgence pour la rentrée 2012. Cela doit être le premier pas d’un renouveau pour l’Éducation et particulièrement pour le Second degré.

C’est pourquoi, le SNES-FSU demande :
- Le rétablissement des postes supprimés
- Une ouverture des recrutements à la hauteur des besoins
- Une revalorisation des personnels
- La fin des réformes régressives

Ces quatre points ne sont pas sans rapport avec le le mouvement intra-académique et le groupe de travail qui nous occupent aujourd’hui
En effet, le mouvement intra qui débute ne laisse pas d’inquiéter les candidats qui espèrent faire valoir leur droit à la mobilité.
Depuis des années, entre suppressions de postes, mouvement spécifique académique et blocage de postes pour les stagiaires, la possibilité d’obtenir une mutation est devenue de plus en plus difficile, voire impossible dans certaines disciplines.

Nous demandons donc :

1° Stagiaires
- Que le temps de service des stagiaires soit ramené à 4/6h dès la prochaine rentrée pour permettre leur formation professionnelle dans le cadre d’un IUFM rénové ;
- Que les affectations soient en conséquence prononcées sur des supports non complets. Cela peut prendre la forme d’affectation de plusieurs stagiaires sur des postes prévus à complément de service, des BMP vacants ou reconstitués à partir de la diminution des contingents d’heures supplémentaires imposées aux équipes disciplinaires ;
- Que les supports complets actuellement bloqués pour les affectations de stagiaires soient systématiquement remis au mouvement ;
- Que soit rétabli le groupe de travail pour l’affectation des stagiaires en même temps que celui pour les TZR.

(...)

2° Postes spécifiques académiques

- Que les postes vacants après le mouvement spécifiques, et ils sont nombreux, soient réinjectés dans le mouvement. Nous pensons particulièrement, mais pas uniquement, aux postes en STI.

(...)

3° Postes ECLAIR

Nous réaffirmons ici que nous nous opposons toujours au dispositif ECLAIR et demandons son abandon.
Nous souhaitons cependant soulever un certain nombre de problèmes relatifs au mouvement 2012 et liés aux postes dits ECLAIR

C’est la plus grande opacité qui règne quant aux règles appliquées dans ces établissements pour ce qui est des affectations et de la nature des postes.

L’affectation cette année, par un mouvement « national », si elle permettra d’occuper les postes vacants, ne résout en rien les questions liés à la stabilité des équipes dans ces établissements. En effet, le caractère national du recrutement a permis à des candidats d’obtenir l’académie de Toulouse, sans passer par le mouvement inter académique. (...)

Cette façon de procéder pose problème en termes d’étiquetage et de transformation de postes. Elle conduit à une dérèglementation et à une opacité de plus en plus grandes dans le fonctionnement des établissements, que nous dénonçons vivement. Dans ce domaine comme dans d’autres, le SNES-FSU demande le retour à des procédures respectueuses des règles, des instances et des droits des collègues.