12 décembre 2019

Action et actualité locales

E3C : l’urgence de la suppression - faire signer la pétition !

Contre les E3C , pour annuler la session de janvier et transformer celle de juin en épreuves terminales et nationales, signez et faites signer la pétition !

Vous trouverez ci-dessous en pdf la pétition contre la passation de la première sessions des E3C ainsi qu’une motion rappelant nos exigences pour des épreuves d’examen, cette motion pouvant à la fois s’adresser aux parents qu’aux directions.

La mise en place des E3C est chaotique :
- retard dans l’ouverture de la banque nationale de sujet, ce qui ne laisse que quelques semaines aux professeurs pour préparer leurs élèves convenablement (la qualité des sujets zéro ne permet pas de le faire) et choisir des sujets en toute connaissance de cause, dans une période très chargée
- renvoi au local des modalités d’organisation officialisant une rupture d’égalité entre les élèves : banalisation ou non des cours, surveillances en conditions habituelles de classe ou mode examen, sujets différents entre les établissements, voire entre les classes.
- pressions sur les collègues à prendre en charge des missions administratives qui ne sont pas les leurs (convocations, numérisation…) ;
- flou sur la répartition des copies : si les copies sont anonymes, rien ne garantit en revanche l’anonymat des correcteurs quand les corrections sont organisées en interne ;
- conditions de correction problématiques : grilles d’évaluation complexes et qui ne font pas sens, ni pour les élèves, ni pour les enseignants, problèmes matériels et techniques posés par la correction dématérialisée (connection, débit, taille d’écran, possibilité de téléchargement...), absence de temps spécifique de concertation et de correction ;
- indemnité de correction indigne : 50 € par classe (quel que soit le nombre d’élèves) selon les annonces ministérielles

Cette impréparation et le renvoi au local de l’organisation génèrent du stress et une surcharge de travail conséquente pour des personnels déjà épuisés par la mise en place à marche forcée de la réforme du lycée. Nous constatons également que les élèves sont soumis à une pression en continu du fait de ces nouvelles modalités d’examen et ne sont donc pas en situation favorables pour les apprentissages.

Nous exigeons donc la suppression de la première session des E3C et sa transformation en épreuves terminales nationales en fin d’année. Cette solution permettra notamment d’alléger la pression qui pèse aujourd’hui sur les professeurs et les élèves et de ramener un peu de sérénité dans des lycées sous tension