30 mars 2010

Carrières - Mutations - Catégories

Communiqué des CPE transmis à la presse

Conseiller Principal d’Education : Un métier centré sur le suivi des élèves et qui doit le rester

A l’heure où le Ministère met l’accent sur l’accompagnement et le suivi des élèves en difficulté, la lutte contre le décrochage scolaire, le dialogue avec les parents, la prévention de la violence et la lutte contre les discriminations, il est aberrant de supprimer des postes de CPE !

Pourtant, Dans l’académie de Toulouse, la situation se dégrade un peu plus chaque année :

- Il n’y a eu aucune création effective de postes de CPE depuis des années.
- Les ouvertures d’établissement se font à moyens constants par des mesures de redéploiement, les créations ont donc pour corollaire systématique des suppressions de postes.
- Des postes restent vacants.
- Le nombre de remplaçants est en constante diminution et ne permet pas d’assurer tous les remplacements.
- Le nombre de contractuels est en augmentation sensible, prouvant, si cela était encore nécessaire, que la diminution des moyens dans l’éducation nationale ne correspond aucunement à la réalité des besoins mais répond uniquement à une logique comptable de réduction des dépenses publique

Au plan national, la volonté de réformer le métier de CPE, d’imposer de nouvelles missions qui éloignent les CPE de leurs missions éducatives, nous inquiète et nous amène à douter de l’intérêt que porte l’institution à ce métier spécifique, reconnu non seulement par les personnels mais également par les parents et les élèves.

L’action au quotidien des CPE au sein des équipes pédagogiques et éducatives est déterminante dans la prise en charge des élèves, le repérage et l’évaluation précoce des difficultés scolaires et personnelles, la lutte contre l’absentéisme, l’éducation aux règles de vie collective, le lien entre l’école et les familles.

Le secteur CPE du SNES Midi-Pyrénées a sollicité une audience auprès du Recteur afin d’évoquer avec lui les difficultés rencontrées par la profession et lui demander de revenir sur les mesures de suppression de postes, dans l’intérêt des élèves.

Devant les attaques subies par la profession, le SNES appelle les Conseillers Principaux d’Education à se mobiliser.