- Liste des établissements classés (zep sensible violence APV et RAR) dans l’académie
- Carte des établissements de l’académie
- Les barres de l’intra 2009
- Bulletin Syndical n°318 Spécial INTRA

Informations supplémentaires pour les adhérents :

- U.S. nationale spéciale intra 693
- Tableau récapitulatif des barèmes
- Barres INTRA détaillées pour les adhérents
- Les postes libérés par l’Inter

Fiches syndicales :

La fiche syndicale, à laquelle vous joignez une copie du dossier complet fourni à l’administration, constitue notre outil de base pour le contrôle des voeux et barèmes. En nous transmettant la fiche syndicale avant la clôture du serveur (le 6 avril), vous nous permettez aussi de repérer d’éventuelles anomalies afin de vous faire compléter ou modifier votre dossier sur Siam et d’utiliser au mieux la totalité du barème auquel votre situation vous donne droit.
Fiche générale INTRA - Fiche Spéciale TZR

Extrait du Bulletin Syndical n°318 (publication académique)

Le grand bazar !

Vendredi 5 mars, la section académique du SNES était reçue par le Recteur. A la question : « Pourquoi les CTP (Comités techniques paritaires) se tiennent-ils si tardivement cette année ? » la réponse fut on ne peut plus claire : « Pour ne pas interférer avec le choix des électeurs. » En d’autres termes, il faut attendre la fin des élections régionales pour annoncer les mauvaises nouvelles : de nouvelles suppressions de postes, une réforme du lycée qui déguise la pénurie en autonomie, une formation des maîtres sacrifiée, la réforme de la gouvernance des EPLE…

La mobilisation amorcée depuis la rentrée, à travers les journées de grève, la manifestation nationale FSU et la multiplication des actions dans les établissements doit se poursuivre et s’amplifier encore.

La grève intersyndicale du 23 mars sera déterminante et participe de la lutte contre un projet politique qu’il faut combattre sans trêve. En effet, toutes ces réformes sont étroitement liées et les conséquences sur le
mouvement intra-académique qui occupe le bulletin spécial que nous publions, seront cette année, plus que jamais, considérables.

La nomination des stagiaires sur des temps complets face aux élèves est une situation inédite qui dénie le droit à une formation, crée des conditions d’entrée dans le métier insupportables, dommageables pour les stagiaires et pour les élèves. De plus, cela va bloquer les possibilités de mutation de nombreux demandeurs puisque les stagiaires seront nommés en partie sur des postes complets : 120 postes seront ainsi retirés du mouvement dans l’académie de Toulouse. Comme si cela ne suffisait pas, au prétexte qu’ils seraient en surnombre, le Rectorat envisage d’affecter des professeurs des écoles… sur des postes de certifiés pour enseigner en collège !

Dans le même temps, les mesures de cartes scolaires s’annoncent très nombreuses : en effet, pour faire plus facilement accepter la réforme dans les lycées cette année, c’est aux collèges qu’on va faire payer une grande partie de la note des suppressions de postes y compris en y minorant volontairement leurs effectifs. La réforme de la classe de première devrait permettre au gouvernement de poursuivre son oeuvre l’année prochaine !
D’ores et déjà, la réforme des lycées aura des conséquences désastreuses dans certaines matières, en particulier en STI où les collègues paient un lourd tribut aux choix gouvernementaux.

Enfin, des directives semblent avoir été données pour éviter au maximum les créations de postes, et certains chefs d’établissement préfèrent conserver des BMP (Blocs de Moyens Provisoires) astronomiques plutôt
que de proposer des créations. Les TZR qui attendent un poste depuis des années, partageant souvent leur service sur plusieurs établissements ou se voyant obligés d’enseigner une autre discipline, apprécieront…

Dans ce tableau fort sombre du mouvement intra-académique qui s’annonce, un point positif : après des années de bataille, le SNES a obtenu pour l’académie le rétablissement d’une bonification annuelle pour les TZR, et la séparation de conjoints est progressive jusqu’à 7 ans ! Mais il faut noter également la disparition des postes APV, l’impossibilité désormais de mutation simultanée entre non-conjoints et la disparition du voeu préférentiel.

Ce bulletin spécial vous permettra de comprendre les règles qui régissent le mouvement intra-académique. Les candidats se doivent pour obtenir une mutation conforme à leurs souhaits, de formuler leurs voeux de
manière avisée. Nous vous conseillons donc de lire ce dossier attentivement puis de prendre contact avec les commissaires paritaires, dans les départements ou au niveau académique afin d’être conseillés.

Pour renforcer le poids du Snes et lutter pour la défense du paritarisme, syndiquez-vous et faites syndiquer au Snes, qui ne vit que de l’énergie et des cotisations de ses adhérents !