8 juin 2013

Défense des personnels

Baisse des moyens de vie scolaire : le SNES dans l’action

Face aux annonces de suppressions de crédits vie scolaires et de postes d’AED partout en France, le SNES est intervenu dès le mois de mai.

Agissez avec nous !

- Demandez au chef d’établissement ce qu’il en est, faites intervenir vos représentants au CA de fin d’année.
- Recueillez toutes les informations possibles, n’hésitez pas à nous en faire part en écrivant à s3tou@snes.edu ou à cpe@toulouse.snes.edu.

Démarches déjà entreprises par le SNES au niveau national

Dès le 16 mai 2013, le SNES/FSU a dénoncé par voie de presse le projet de
suppressions de postes d’AED
lié à la baisse du chapitre Vie de l’élève.
Lors du Conseil Supérieur de l’Education qui a suivi, le SNES-FSU a présenté le texte
suivant
, auquel se sont associés le SGEN, le SNALC et le SE UNSA :

« Dans de très nombreuses académies, des annonces de suppressions de postes d’Assistants d’Éducation (AED) sont faites par les Rectorats, de l’ordre de 2 000 postes sur l’ensemble du territoire, soit l’équivalent du nombre de postes que le ministère a créés à la rentrée 2012.
Alors même que le nombre d’élèves à accueillir dans le second degré est en forte hausse (+35 0000 élèves à la rentrée 2013), la dégradation de leur encadrement dans de nombreux établissements est inacceptable.

La contradiction est manifeste avec les engagements pris et renouvelés par le
Président de la République et le ministre de l’Éducation nationale d’augmenter le
nombre d’enseignants et de personnels d’éducation dans les établissements durant le quinquennat.
Au regard des augmentations d’effectifs prévus par le ministère à la rentrée
prochaine, le CSE demande à Monsieur Le Ministre de prendre un engagement clair afin de, au minimum, maintenir l’intégralité du potentiel d’Assistants d’Éducation ».

Relais du SNES au niveau académique

Pressé par nos questions, le Rectorat a confirmé la suppression d’environ 15 % des postes d’AED dans l’académie à la rentrée prochaine. Nous ne savons pas encore quels établissements seront concernés, ni les conséquences concrètes que cela aura sur les personnels et les établissements (suppressions de postes, contrats non renouvelés ou baisse de la quotité de service).

Il faut absolument prévenir les collègues des vies scolaires, mais aussi plus
globalement les personnels des établissements de cette inacceptable suppression de postes, alors que les moyens de vie scolaire sont déjà insuffisants.

De plus, le Recteur, en faisant le choix d’une communication la plus tardive possible, met en difficulté les établissements dans leur préparation de rentrée.
La section académique du SNES-FSU entend réunir dans les meilleurs délais une
intersyndicale pour préparer une action (pétition, rassemblement devant le
Rectorat..). Nous vous tiendrons informés dès que possible.