9 juin 2022

Action et actualité locales

Pétition personnels non-titulaires (enseignants - CPE - AESH - AED) : pour le respects des droits... et des personnes !

Pétition personnels non-titulaires (enseignants - CPE - AESH - AED) : pour (...)

Enseignant·es, CPE contractuel·les, AED, AESH, nous sommes régulièrement sollicités sur des problèmes de paiement de salaires et d’indemnités : délais repoussés, régularisations tardives, versements partiels, etc…. Le SNES-FSU Toulouse est amené à régulièrement interpeller le rectorat sur ces situations et à obtenir des réponses individuelles.

Mais le constat est aujourd’hui celui d’une précarisation grandissante et quasi structurelle, et d’une gestion peu respectueuse des personnels : ainsi les contraintes budgétaires académiques récurrentes conduisent le rectorat à multiplier les retards ; mais l’on doit par ailleurs faire état d’une vraie difficulté des personnels à obtenir des réponses et solutions rapides, des soutiens concrets lorsqu’ils sollicitent les services rectoraux.

Ces dysfonctionnements sont lourds de conséquences pour les personnels non-titulaires, tant sur le plan matériel que sur le plan psychologique

Au-delà de la démarche d’accompagnement individuel, c’est donc dans l’action collective qu’il faut exiger respect des droits et traitement digne.

Le SNES-FSU Toulouse appelle ainsi à signer massivement la pétition ci-dessous :
https://snespetition.snes.edu/petition/org/snes-toulouse/respectez-les-droits-des-personnels-non-titulaires

Par ailleurs, le SNES-FSU Toulouse appelle les personnels non-titulaires quels qu’ils soient à ne pas rester seul•es, face à l’administration et à nous contacter :
- Personnels enseignants et CPE : nontitu@toulouse.snes.edu
 Aed - AESH : aed-aesh@toulouse.snes.edu


Pétition adressée à Monsieur le Recteur de l’académie de Toulouse

Respectez les droits des personnels non-titulaires !

Nous constatons depuis plusieurs mois des dysfonctionnements dans la gestion des personnels non-titulaires enseignants, CPE, PsyEN, AED et AESH :

 les retards dans le paiement des personnels enseignants et CPE recrutés sous contrat sont de plus en plus fréquents. Nombre d’entre eux doivent jongler entre avances, salaires incomplets au regard de leur contrat, et rappels d’un mois sur l’autre. Ils vivent parfois pendant plusieurs mois avec des avances très nettement insuffisantes, qui ne leur permettent pas de vivre décemment : les retards de versement de leur paye intégrale entraînent des pénalités bancaires, des tensions avec les propriétaires de leur logement, et des difficultés à couvrir les dépenses quotidiennes. Cette situation génère pour eux un stress très important et peut avoir des répercussions sur leur santé et celle de leur famille.

 lorsqu’ils arrivent en fin de contrat, nos collègues contractuels ont le plus grand mal à obtenir des services du rectorat les documents nécessaires à leur inscription à Pôle Emploi. Ceci a des conséquences en termes financiers bien sûr, mais aussi au niveau des possibilité de suivre des formations pour réussir une insertion professionnelle. Sans attestation de fin de contrat délivrée dans des temps suffisamment brefs, et souvent incompatibles avec les dates d’inscription aux formations proposées par Pôle Emploi, certains doivent renoncer à les suivre. Cela pénalise évidemment ceux qui ont été nos collègues, et qui ont rendu service à l’institution.

 des retards de plusieurs mois sont courants pour les changements d’indice pour nos collègues AESH ou contractuels enseignants, CPE, PsyEN, qui rappelons-le sont nombreux à exercer à temps partiel malgré leur souhait d’exercer à temps plein.

A ces retards de paiement et de communication des documents de fin de contrat s’ajoutent des difficultés récurrentes à entrer en contact avec les services en charge des personnels non titulaires, qui sont surchargés. Nos collègues ont le plus grand mal à avoir un ou une gestionnaire au téléphone et peuvent rester des semaines sans obtenir de réponse à leurs courriels.

Après des années de restrictions budgétaires et de suppressions de postes, nous arrivons au moment où l’État employeur n’est plus en mesure de traiter dignement ses personnels, et en particulier les plus fragiles comme les personnels contractuels. Cette situation est pour nous intolérable et nous vous demandons urgemment d’y remédier.

Nous vous demandons aussi de mettre fin aux pratiques déloyales envers ces personnels qui s’engagent à nos côtés :

 en cessant le recours aux contrats fractionnés par les vacances ;

 en prolongeant les contrats sur les vacances d’été chaque fois que cela est possible, et notamment pour les collègues dont les contrats successifs se sont prolongés d’octobre à juin ;

 en actant la reprise de l’ancienneté des contractuels en provenance d’autres académies ;

 en permettant leur proposant accompagnement et formations avant et après leur prise de poste.
Nos collègues méritent un meilleur traitement, et nous vous demandons de le concrétiser au plus vite !