30 janvier 2021

Carrières - Mutations - Catégories

Entretien professionnel : des précisions sur un oral inutile et pesant

Une épreuve de plus, que nous contestons
La plupart des admissibles aux concours n’a pu passer les oraux en juin/juillet dernier, du fait de la situation sanitaire (voir la liste des concours concernés). Malgré les demandes répétées du SNES-FSU (la dernière en date en décembre 2020), les lauréats concernés, aujourd’hui stagiaires - ou en report de stage et qui seront concernés l’an prochain - , vont donc devoir passer un oral supplémentaire, « de contrôle » en quelque sorte, sans que sa justification ne soit ni claire ni convaincante, et qui pose de nombreux problèmes sur le fond. Le SNES-FSU s’y oppose, notamment en raison de la contrainte supplémentaire que cela fait peser sur les stagiaires dont la situation est déjà assez compliquée comme cela dans le contexte sanitaire : rappelons qu’ils sont en formation à distance au lieu de pouvoir fréquenter l’INSPE normalement ; qu’ils sont déjà surchargés de travail, comme le montrent toutes les enquêtes que nous réalisons ; que cette « nouvelle épreuve » n’a été définie que récemment, par une circulaire en date du 24/12/20 ; que cette épreuve donnera lieu à évaluation et compte-rendus, intégrés au dossier de titularisation. Bref, un moyen de plus d’exercer une pression inutile sur les stagiaires.

Répétition générale ?

Au-delà de ces aspects immédiats, qui étaient déjà de bonnes raisons de ne pas faire passer d’oral cette année en plus de tout le reste, le SNES-FSU estime qu’il y a là une forme d’expérimentation pour le ministère, qui ne manquera pas de tirer des entretiens de cette année matière à calibrer un second oral de concours problématique dans le cadre de la réforme de la formation des maîtres (sur ce sujet, lire aussi le communiqué de la FSU), ou dans un autre cadre. Une sorte de répétition générale, sur un public captif de cobayes, qui n’a vraiment pas le choix d’y échapper...

Des précisions, mais peu convaincantes
Suite à nos demandes de précisions répétées auprès de l’INSPE, nous avons obtenu les éléments d’information suivants, issus de sources de la Direction Générale des Ressources Humaines (DGRH) et de l’Inspection Générale.

- il ne s’agit pas d’une épreuve qui serait partie constitutive du concours. C’est la raison pour laquelle cette épreuve porte le nom d’entretien, et non pas d’oral.

- La DGRH demande la plus grande bienveillance aux corps d’inspection, dont les membres constitueront le jury chargé de la passation de ces entretiens. L’INSPE indique que, localement, ces derniers sont bien sur la ligne de la DGRH.

- Il ne s’agirait pas de mettre sur le même plan cet entretien avec les éléments normalement constitutifs du dossier de titularisation (avis de l’INSPE, du Chef d’établissement, des corps d’inspection), même si son évaluation figurera bien dedans.
Notre avis : Même si l’on nous indique que la plus grande bienveillance est attendue des examinateurs, et que l’évaluation qui en découle pourrait être un « plus » pour un dossier tangent à la titularisation, le SNES-FSU estime que c’est un engagement impossible à vérifier. Réalisé par les corps d’inspection, cet entretien pourrait aussi les conduire à des représentations pré-conçues sur certains stagiaires au moment où les IPR réaliseront les inspections pour leur rapport sur la titularisation.

- L’entretien peut porter sur une séance, une séquence ou un événement (à l’échelle de la classe ou de l’établissement, mais impliquant des élèves ou une classe). Le travail conduit à l’INSPE dans le cadre du tutorat mixte est présenté comme suffisant pour identifier la situation pouvant faire l’objet de l’entretien, et constitue une préparation suffisante aux dires de la direction de l’INSPE, qui n’a pas mobilisé de moyens spécifiques de formation pour la préparation de cet entretien. Suivant les parcours, les formateurs se mobilisent cependant plus ou moins pour accompagner les stagiaires, sous forme de tutorat mixte renforcé.
Notre avis : Le SNES-FSU avait demandé que des moyens spécifiques de préparation soient dégagés pour les équipes de formateurs. Ce ne sera pas le cas. Nous déplorons également le délai laissé entre le cadrage de cet entretien et sa passation : 6 petites semaines seulement, et à un moment où l’année se charge du fait de l’avancée des travaux liées au mémoire ou à l’écrit professionnel. Ce n’est pas respectueux des situations des stagiaires.

- Les attendus et la grille d’évaluation sont prévus au BOEN, et un travail d’harmonisation des attendus est actuellement mené au sein des corps d’inspection. Il s’agit surtout pour le stagiaire de mettre en œuvre une démarche réflexive, qui sera, nous dit-on, appréciée avec bienveillance.
Notre avis : Outre que cet exercice ne s’improvise pas pour des collègues encore à peine à la moitié de leur formation, ce ne sont, là aussi, que des paroles ...

- Les stagiaires du 2nd degré seront convoqués individuellement entre le 8 et le 19 mars 2021 (à quelques exceptions près), au rectorat, pour cet entretien de 30 minutes, avec possibilité de projection à partir de leur matériel informatique ... personnel, bien entendu. A notre demande de prévision d’un « plan B » en cas de confinement durant le mois de mars a suivi un silence ... puis l’évocation improvisée de la piste de visio ...

N’hésitez pas à nous solliciter et à nous faire des retours au sujet de cet entretien : ils sont indispensables pour nous permettre de nous assurer que les quelques engagements pris soient bien tenus !

Concours concernés par l’entretien professionnel
Calendrier (partiel) des opérations de titularisation :
Le rectorat a communiqué le projet de calendrier des opérations de titularisation : les entretiens et les délibérations du jury final se déroulent entre le 22 juin et le 5 juillet (séance de rattrapage). On peut en déduire que le jury se réunira comme chaque année début juin pour un premier examen des dossiers.
Les stagiaires non convoqués à un entretien entre le 22 juin et le 5 juillet peuvent se considérer en principe titularisés, même s’il leur faudra attendre leur arrêté officiel de titularisation qui arrivera vers le 20 juillet !