Après la mobilisation du 3 février à l’appel du SNES et de la FSU, le Ministère a fait dans la journée d’hier deux annonces :

- le calendrier de l’année scolaire 2015/2016 serait modifié  : la pré-rentrée des enseignants initialement prévue le vendredi 28 août 2015 pourrait être déplacée au lundi 31 août, et la rentrée des élèves décalée du lundi 31 août au mardi 1er septembre. Un prochain Comité Technique Ministériel étudiera cette proposition, ainsi, selon nous, la question de date de la rentrée 2016 (prévue actuellement le mercredi 31 août pour les enseignants, l’argument d’avoir des semaines complètes pour les élèves ne tenant pas).

-  les stagiaires 2015/2016, déjà titulaires du Master M2 MEEF, seraient affectés à mi-temps à la rentrée prochaine et non à temps plein comme le Ministère le laissait entendre au départ. La question de l’adaptation de leur formation à leur titre universitaire reste cependant entière, après l’improvisation de cette année pour les collègues dans cette situation.

- au plan académique, la Rectrice a indiqué aux élus au Comité Technique Académique son intention de réunir (enfin !) le Conseil Académique des Langue Vivantes, pour faire le point de son expérimentation de la LV2 en Cinquième. Il est vrai que nous ne cessions de le lui réclamer !

Au lendemain du 3 février, la profession est cependant toujours en attente de réponses de la part de la ministre :
- réponses sur les conditions de travail encore appelées à se dégrader à la rentrée 2015 ;
- réponses sur la revalorisation salariale (le projet de décret indemnitaire ne pouvant en aucune manière clore la question) ;
- réponses sur la formation des enseignants (la formation initiale reste mal conçue et intenable en l’état) et la formation continue inexistante (alors même que les annonces s’accumulent à vide sur ce thème) ;
- réponses sur la réforme de l’éducation prioritaire  ;
- précisions sur les annonces concernant l’évolution envisagée du Collège, inadmissibles en l’état, notamment en raison de la remise en cause la structuration disciplinaire).