19 janvier 2017

Métier - Politique académique

Maintenance, OrdiLib : le SNES-FSU interpelle la Région

En ce début d’année, à l’approche du vote sur le budget, le SNES-FSU demande à la Région de revenir sur certains choix déjà actés ou sur le point de l’être dans le domaine du numérique éducatif.

Maintenance informatique : un bilan catastrophique !

En 2014, la région Midi-Pyrénées a fait le choix d’externaliser la maintenance informatique dans les lycées de l’académie. Sur le terrain, le constat confirme nos analyses et craintes initiales : délais d’intervention longs, réponses en décalage avec les besoins locaux, limitations techniques rendant difficiles des adaptations pédagogiques locales. Il est incontestable pour nous que beaucoup trop d’établissements ont vu la situation se dégrader depuis la mise en place de cette externalisation. Certains se sont mobilisés à cette rentrée, partout le mécontentement se manifeste.

C’est pourquoi, alors que la nouvelle Région Occitanie réfléchit à une politique harmonisée sur les deux anciennes régions et doit définir exercer sa compétence de la maintenance informatique, le SNES-FSU demande à ce que la nouvelle Région revienne sur l’externalisation de 2014, et adopte le principe d’une maintenance informatique en régie directe afin d’assumer cette mission comme partie intégrante d’un service public de qualité qui réponde efficacement aux besoins des utilisateurs et des établissements. Pour le SNES-FSU c’est à travers des emplois publics d’agents titulaires que les missions de service public doivent être assurées : c’est non seulement une question de principe, mais aussi d’efficacité.

Dotation d’ordinateurs aux élèves : accepter l’arbitraire et l’iniquité ?

En ce début d’année, la presse s’est fait l’écho d’une possible décision qui serait problématique si elle se concrétisait : « seuls les lycées publics ayant un Label Numérique - ils sont 45 à l’heure actuelle, soit 59 % du total (NDLR) - verront leurs élèves bénéficier de la gratuité d’un ordinateur. Pour les autres, l’aide à l’équipement des élèves se fera sous conditions de ressources ».

Si ce principe était effectivement retenu, il instituerait une rupture d’égalité fondée sur l’affectation, puisqu’à ressources identiques, certains élèves se verraient dotés gratuitement quand d’autres ne le seraient pas, du seul fait du lycée où ils seraient affectés... Le SNES-FSU interpelle donc la Région et lui demande de ne pas adopter cette solution, évoquée dans la presse.