19 juin 2014

Défense des personnels

Déclaration de la FSU à l’ouverture du mouvement intra-académique

Les commissaires paritaires de la FSU (SNES-SNEP-SNUEP) ont tout d’abord tenu à accueillir la Rectrice en lui remettant les cartes-pétitions pour la défense des TZR...

La FSU remet les cartes-pétition pour la défense des TZR

Madame la Rectrice,

Nous démarrons notre intervention pour les syndicats SNES, SNEP et SNUEP de la FSU avant l’ouverture des FPMA et des CAPA du mouvement intra-académique 2014 en rappelant notre attachement au paritarisme, garanti par la loi, parce qu’il constitue le premier maillon d’un « dialogue social » de qualité.

Les commissions administratives paritaires, issues du suffrage universel direct des fonctionnaires, garantissent aux personnels la transparence des actes de gestion, l’équité et l’égalité de traitement.
Le mouvement est l’une des plus importantes opérations de gestion. Il répond au double objectif d’assurer le fonctionnement du service public sur tout le territoire, mais aussi de satisfaire les souhaits de mobilité choisie des personnels. Ces deux aspects sont fortement corrélés, car plus les personnels sont nommés conformément à leurs voeux, mieux ils sont à même de remplir leur mission de service public.

Nous rappelons ici que les syndicats SNES, SNEP et SNUEP de la FSU revendiquent la reconstruction d’un mouvement national unifié, permettant les mutations de poste à poste sur l’ensemble du territoire national. Il est le seul capable, s’il est nourri par des recrutements suffisants et l’implantation de postes correspondants, opéré dans un cadre paritaire rénové et renforcé, de conjuguer les intérêts des personnels et du service public sur tout le territoire, en évitant les blocages inutiles.

Rôle des commissaires paritaires

Les commissaires paritaires du SNES, SNEP et SNUEP-FSU estiment avoir la charge de représenter ici tous les personnels ; ils veilleront à ce que soient strictement respectés les droits des collègues et les règles de la circulaire académique relative au mouvement.

Ils respecteront, comme ils l’ont toujours fait, les règles de déontologie que leur impose le mandat qui leur a été confié par les personnels.

A ce propos, cette année encore, une organisation syndicale a bafoué ces règles, en divulguant les barres provisoires départementales, communiquées par les services aux commissaires paritaires dans les documents préparatoires, vendredi 6 juin. Celles-ci ont été publiées sur son site internet, dans un but publicitaire, bien loin de l’exigence de discrétion que requièrent des opérations non achevées. Et ce, après avoir dénoncé pendant des années la communication officielle de résultats non vérifiés ...
Nous vous avons donc alertée par courrier en vous demandant d’intervenir et en insistant sur le caractère inadmissible de ces pratiques qui trompent les attentes des candidats et portent préjudice au travail paritaire mené par les élus en CAPA.

Pour ce qui concerne la parité administrative, nous souhaitons que sa composition soit connue et donc publiée dès actualisation.

Enfin, nous souhaitons pour terminer ce premier point apprécier positivement le fait d’avoir eu les documents préparatoires dans un délai raisonnable : cela a permis un travail de meilleure qualité.
Nous en profitons également pour saluer le travail fourni par les services du Rectorat en charge de la gestion des personnels. Confrontés à des conditions de travail difficiles et à un calendrier très complexe, surtout cette année, ils assurent une mission essentielle.

Concernant le mouvement intra académique 2014

Cette année encore, le volume des postes offerts au mouvement est soumis à des contraintes qui pèsent fortement sur ce dernier. La politique nationale de réduction de l’emploi public, cumulée avec l’obligation d’affecter des stagiaires sur des postes complets depuis 5 ans a limité fortement la fluidité du mouvement intra-académique, la rendant insuffisante.

Cette année, comme nous l’avons déjà précisé lors du Groupe de Travail « Postes Offerts au Mouvement », les affectations à réaliser posent de nouvelles contraintes avec le cumul de vagues de stagiaires des concours exceptionnels, réservés, du Capes rénové... De plus, le choix de maintenir l’année prochaine encore de nombreux stagiaires à temps plein dément, dans les faits, la promesse du rétablissement d’une formation digne de ce nom pour nos nouveaux collègues. Les difficultés dans lesquelles se débat l’ESPE de nombreuses académies, dont la nôtre, pour assurer le minimum de formation, ne porte pas loin les ambitions en la matière, et la dure crise de recrutement que nous connaissons n’est en rien jugulée, comme le démontre le faible rendement prévisible des deux sessions de concours. Les affectations prononcées encore massivement à temps plein donnent l’impression d’une nouvelle génération sacrifiée.
Tout cela a évidemment des conséquences lourdes sur le volume de postes « gelés » et donc sur les possibilités de mutations, qui font que pour les collègues demandeurs volontaires le « changement » tant attendu n’est toujours pas là ...
Pour les CPE, la liste des berceaux pour les lauréats du concours 2014 n’a pas été communiquée par écrit. Des noms d’établissements ont été annoncés en GT POM mais sa composition n’est pas totalement arrêtée. De plus, ces berceaux correspondent à des temps pleins… qui ne pourront être pourvus par 2 stagiaires. Ces derniers seront en effet en formation tous ensembles 2 jours par semaine. ..

Certes, vous avez accédé en partie à notre demande en réinjectant quelques postes avant le GT POM afin de permettre un mouvement dans toutes les disciplines. Mais le résultat est cependant bien limité. C’est pourquoi, nous vous avons fait des propositions suite aux résultats des concours exceptionnels qui permettent des améliorations dans plusieurs matières et corps : en éco-gestion, en biochimie, en STI, Arts plastiques, CPE, EPS, etc.
Vous nous avez assuré d’un regard bienveillant quant à ces propositions : nous en prenons acte et rappelons que nous considérons inacceptable que des postes complets gelés puissent être envisagés comme support des stagiaires des concours rénovés à mi-temps.

Au sujet du remplacement

La situation de l’académie en matière de remplacement est toujours très préoccupante : dans certaines disciplines, il n’y a plus de TZR. Certains établissements attendent durant des semaines des remplaçants ; laissant des élèves sans enseignant. Face à cette pénurie de personnels qualifiés, il est fait appel à des contractuels, en grand nombre, sans aucune formation ni accompagnement.
Au delà de notre demande de moyens suffisants pour assurer cette mission essentielle, nous attendons – et nos collègues avec nous – que la nécessaire fonction de TZR soit l’objet d’une gestion plus humaine, et qu’en tout cas, qu’elle cesse d’être le lieu d’expérimentation de toutes les déréglementations.
C’est à ce titre que nous vous rappelons notre demande de retour à un GT d’affectation pour les TZR. Cette demande porte également sur les stagiaires. Les cartes-pétitions que nous vous avons apportées aujourd’hui sont porteuses de ces demandes, et relayées sur le terrain par plus de 1300 collègues qui les ont signées.
Ce chiffre, qui va bien au-delà du nombre de TZR de l’académie, montre à quel point la question du remplacement est important aux yeux des collègues.