21 décembre 2013

Métier - Politique académique

Déclaration préliminaire de la FSU

Nous voudrions commencer notre déclaration en appréciant positivement le début de concertation qui est relancé concernant la carte des formations.
Cette concertation mérite cependant d’être confortée et améliorée Nous souhaitons que le GT soit tenu un peu plus en amont du CTA avec les documents envoyés au préalable, ceci pour nous laisser le temps de travailler au plus près avec nos collègues des établissements concernés. De plus nous souhaiterions connaître les taux de pression des formations demandées.

Notre appréciation générale sur la carte des formations proposée :

Il s’agit d’une carte certes un peu en évolution au niveau III mais pas assez développée au regard de la démographie très positive de l’académie et des objectifs fixés pour scolariser en BTS 50% d’élèves ayant obtenu un bac pro.

(...)

On constate aussi que la carte est établie dans certains cas au coup par coup, en jouant le déplacement des dominos, d’une année sur l’autre, alors qu’elle nécessiterait d’être construite et réfléchie avec plus d’anticipation.
Nous redisons aussi notre opposition aux formations mixtes : formation initiale et apprentissage et nous demandons une nouvelle fois à avoir connaissance de la carte des formations de l’enseignement privé. Pour les 3éme prépa pro, un effort important pour ramener les taux de scolarité en 3e générale à des valeurs plus proche de la moyenne nationale ont été fait l’an dernier Mais les effectifs dans le secteur public ont baissé quand dans le même temps ils augmentaient dans le secteur privé. La répartition public privé de ces effectifs était déjà en fort déséquilibre en faveur de l’enseignement privé, ce déséquilibre ne fait aujourd’hui que s’aggraver.

(...)

Si l’on considère les propositions à venir, il n’en apparaît aucune sur le « papier » pour certains secteurs, alors que le diaporama présenté en Groupe de Travail avance des projets d’ouvertures ce qui contribue à nous inquiéter sur la gestion au coup par coup.

(...)
En conclusion, au regard des éléments développés, la carte nécessiterait d’être plus riche et ambitieuse, pour que le Service Public assure pleinement sa mission de proposition de formations variées développées, équilibrées sur l’ensemble du territoire.

(...)

Concernant les discussions ouvertes dans le cadre des « Chantiers Métiers », la FSU revendique la reconnaissance des missions qui participent du fonctionnement de notre système éducatif d’Etat. Cette reconnaissance doit être effective tant du point de vue des rémunérations que de statut ou des conditions de travail des personnels.
Pour l’heure, les conclusions des premiers de groupes de travail sont largement insatisfaisantes. Les discussions toujours en cours devront prendre en compte les demandes formulées par les personnels et leurs organisations représentatives.