Mardi 15 mars, le secteur non-titulaires SNES-FSU de l’académie de Toulouse organisait un stage en direction des personnels précaires du second degré. Aux côtés de J. François, responsable du secteur non-titulaire national, P. Priouret, co-secrétaire général du S3 Midi-Pyrénées, B. Taurine, responsable du secteur non-titulaire académique et C. Laronde, représentant SNES-FSU pour les non-titulaires enseignants en CCP ont animé cette journée.

Plus de 80 collègues non-titulaires s’étaient inscrits pour ce stage, preuve que les personnels précaires de l’académie souhaitent améliorer leurs conditions de travail difficiles. La nécessité de se regrouper pour faire front s’impose : rester isolé laisse le champ libre aux abus, aux injustices et à la souffrance individuelle au travail.

Le SNES-FSU a rappelé les avancées gagnées par la lutte syndicale pour les non-titulaires :

- loi du 13 mars 2012 sur la résorption de la précarité, qui a introduit de nouvelles règles pour l’établissement des CDI, et l’accès au dispositif de titularisation

- l’accès aux concours réservés avec RAEP

- l’arrêt des vacations (48 en mai 2010 ; 3 en novembre 2012 dans l’académie)

- la grille d’avancement salarial pour les CDI

- l’accès aux stages du PAF par demande directe auprès de l’IPR référent

- l’engagement de la DPE d’informer les contractuels, à la signature des contrats, de leurs droits à formation

- la mise en place de stages dédiés RAEP au PAF 2013-14.

Les débat se sont rapidement orientés vers les situations vécues par les participants : retards de paiements, pressions de la hiérarchie, remboursement des frais de déplacements lors des remplacements sur plusieurs établissements, l’impossibilité de participer aux élections professionnelle de 2012 en raison de critères électoraux très restrictifs, le fonctionnement des CCP dans notre académie, une des plus dure envers les non-titulaires, l’opacité du réemploi et des conditions d’affectation, les problèmes de rémunération en fonction du diplôme, le droit aux congés d’été, et non au chômage estival.

Christophe Laronde, élu SNES-FSU en CCP