1er juin 2012

Défense des personnels

Une première réponse concrète à nos demandes !

Nous venons d’apprendre que, suite aux multiples interventions du SNES-FSU académique et aux démarches intersyndicales (CGT-Educ, SGEN-CFDT, SNES, SNEP et SNUEP-FSU) dont nous avons été à l’initiative (notre message précédent), le rectorat de Toulouse vient de libérer 38 supports de stagiaires qui avaient été bloqués avant les opérations du mouvement Intra-académique.

Le SNES se félicite de ce premier geste, qui traduit dans les faits la pertinence de ses analyses sur les risques accrus de blocage du mouvement, et signe peut-être une première évolution sur les obligations de service qui seront imposées aux stagiaires à la rentrée 2012. Nous continuons cependant à demander pour la rentrée 2012 que ceux-ci bénéficient d’une décharge correspondant à un tiers de leurs service, afin qu’il puissent tout à la fois recevoir une formation plus sérieuse que celle proposée les deux dernières années, que leur entrée dans le métier se fasse dans des conditions de travail améliorées, et que la perspective de leur voir imposées des heures supplémentaires soit écartée.

Pour tous les demandeurs de mutation, l’ajout de 38 postes à pourvoir au cours du mouvement Intra est évidemment une bonne nouvelle, d’autant que cela concerne des postes très demandés (pour la majorité, des lycée de l’agglomération toulousaine). Pour autant, la fluidité du mouvement ne sera pas encore au niveau de ce qu’elle a pu être dans le passé, notamment en raison des suppressions massives de postes, et des mesures de carte scolaire qui en découlent.

La Section académique du SNES-FSU continuera d’intervenir dans les prochains jours afin de faire respecter le droit à mutation des collègues, dans la transparence et l’équité, tout en protégeant au mieux les intérêts des futurs stagiaires.