16 septembre 2009

Défense des personnels

Déclaration préalable de la réunion du 10 septembre 2009

Déclaration préalable Snes, Snep, Snuep :
Groupe de Travail affectation TZR du 10 septembre 2009

Les discussions qui auront lieu, aujourd’hui, dans ce groupe de travail illustrent on ne peut mieux, les conséquences des suppressions successives de postes dans notre académie.

Pour répondre aux injonctions ministérielles, il a fallu, dans bien des départements, minorer les prévisions d’effectifs pour cette rentrée, afin de pouvoir supprimer des postes pourtant nécessaires.
Une fois les postes fermés, les établissements ont dû s’adapter aux réalités démographiques et sous les pressions des Inspections académiques, accepter jusqu’à 31 voire 32 élèves dans certaines classes de collège, lorsque tous les élèves ont pu être scolarisés. Parfois, des ouvertures de classes ont été réalisées, mais de manière bien insuffisante. On connaît les scénarii et les conséquences de cette politique de suppression de postes : multiplication des BMP, TZR nommés à l’année, sur plusieurs établissements…

Nous n’aurons de cesse de dénoncer les dégradations des conditions de travail de nombreux collègues et leurs répercussions sur les conditions d’enseignement.

En effet, contrairement à ce que semble penser le Ministère et peut-être le Rectorat lui-même, enseigner, ce n’est pas seulement être devant les élèves à l’heure dite, dans un établissement donné, c’est aussi rencontrer l’ensemble des équipes pédagogiques, échanger des informations sur les élèves, les problèmes qu’ils peuvent connaître à l’intérieur comme à l’extérieur de l’école, participer à l’élaboration de devoirs communs, aux conseils d’enseignements, recevoir les parents, corriger les copies, préparer les cours… Tout cela est impossible lorsque l’on est affecté sur trois voire quatre établissements, parfois distants de plusieurs dizaines de kilomètres.
Et que dire des frais engagés par les déplacements ainsi que les répercussions de ces derniers sur la santé des personnels ainsi ballottés ? Et que dire de l’impact sur leur famille ?

Certes, vous saurez nous dire que les cas particulièrement problématiques sont « à la marge », mais les très nombreux témoignages de collègues qui nous appellent nous convainquent du contraire : la souffrance au travail de nombreux TZR est bien réelle, et appelle autre chose qu’une seule gestion comptable. Et ce n’est certainement pas en confiant le remplacement à des officines privées que l’on résoudrait les problèmes.

Le 6 juillet, nous avons adressé à Monsieur le Recteur un courrier demandant la convocation de FPMA et de CAPA pour l’affectation des TZR.
Nous ne pouvons nous satisfaire de votre réponse négative du 18 juillet, pas plus que de la lettre de Monsieur le Recteur de ce jour : vous mesurez, nous l’espérons, l’impact très négatif de la méthode choisie auprès des collègues. Même si se passer de la consultation des instances paritaires au moment des affectations des TZR était juridiquement possible (ce qui reste à vérifier), le manque de transparence de ces opérations ne peut que jeter le doute sur leur réalisation, malgré le sérieux et la conscience professionnelle des gestionnaires du Rectorat.

Pour en venir à ce groupe de travail :
Pour le préparer avec toute la rigueur qui s’impose et repérer toutes les situations difficiles ou anormales, nous aurions eu besoin :
-  des barèmes des collègues
-  des supports disponibles
-  des quotités de service des personnels.

Nous regrettons qu’il n’y ait pas eu de groupe de travail sur les règles d’affectations, comme vous vous y étiez engagé, Monsieur le secrétaire général.
Par ailleurs, pourriez-vous nous rappeler les règles que vous avez appliquées pour affecter les TZR ?

Le SNES-FSU demande également des garanties sur les suites de cette réunion, c’est-à-dire que l’administration s’engage effectivement à modifier les affectations difficiles examinées sans s’abriter systématiquement derrière l’argument parfois facile des « nécessités de service ». Il insiste fortement sur le fait que l’examen de telles affectations doit pouvoir être poursuivi au-delà de la date du 10 septembre.

Pour l’avenir, nous réitérons notre demande de convocation de CAPA d’affectation TZR fin août, comme c’est le cas dans toutes les académies.