Le mercredi 3 décembre 2008, le collectif des enseignants documentalistes du SNES a rencontré Monsieur Rivano, IPR Vie Scolaire, en charge de la documentation.

Un certain nombre de problèmes récurrents de notre profession a été abordé :

· Insuffisance de postes et de remplacements de postes

· Difficultés rencontrées par les professeurs documentalistes dans l’exercice de leurs missions pédagogiques

· Secrétariat et surveillance des examens

· Besoin d’une circulaire académique en matière de gestion des manuels scolaires

· Insuffisance des visites d’inspection nécessaires à une progression de carrière satisfaisante

 
Sur le premier point, Monsieur Rivano a refusé de s’exprimer, rappelant que cela ne relevait pas de ses compétences.

Tous les autres ont été discutés, chaque membre du collectif ayant pu exprimer ses inquiétudes et son point de vue. Monsieur Rivano a rappelé les priorités académiques en matière de politique documentaire en particulier en ce qui concerne la mise en place des ENT, mais ne donnant pas de réponses sur la question des moyens humains nécessaires.

L’exercice des missions pédagogiques des documentalistes est mentionné dans la circulaire de 1986, certes floue, mais qui permet pour chaque collègue une liberté pédagogique appréciable. Il reste favorable à un temps d’initiation à la recherche documentaire en particulier en classe de 6e, pour un volume horaire de 7 à 8 heures et si possible en interdisciplinarité.

A propos du secrétariat et de la surveillance des examens, il a précisé qu’il était à l’origine d’une circulaire rectorale rappelant aux chefs d’établissement que la place des enseignants documentalistes était dans leur CDI jusqu’à la date officielle des vacances scolaires, mais laissant toute possibilité aux proviseurs d’avoir recours aux documentalistes après cette date. Ce faisant, une inégalité de traitement est de fait imposée aux collègues documentalistes / collègues de discipline (libérés d’obligation de cours plut tôt dans le courant du mois de juin).

La demande d’une circulaire académique en matière de gestion des manuels scolaires a été bien reçue : Monsieur Rivano compte en référer à Monsieur le Recteur à ce propos après avoir pris connaissance des circulaires existantes dans d’autres académies (Nantes, Nice, Aix Marseille, Lyon...).

Concernant les visites d’inspection, monsieur Rivano rappelle que depuis son arrivée à ce poste, ces visites ont fortement progressé (102 visites en 2007-2008), permettant à terme pour chaque collègue une visite tous les 4 ans. Le collectif a précisé que le retard pour certains collègues était considérable et monsieur Rivano s’est engagé à répondre à toute demande de visite, et rappelle qu’une deuxième visite est toujours possible lorsque la première n’a pas été satisfaisante.

Un dernier point concernant les « lettres de mission » abusivement imposées par des chefs d’établissement à certains collègues : elles n’ont pas lieu d’être, et il est possible de le contacter pour tout problème à ce sujet.

Monsieur Rivano s’est montré disponible et à l’écoute de nos demandes : cependant la question cruciale de l’insuffisance des postes reste sans réponse, entraînant pour un grand nombre de collègues des conditions de travail très difficiles et limitant de fait un accueil professionnel des élèves au CDI de leur établissement.

Marie Polderman